vendredi 31 janvier 2014

Sushi Zen


Sushi Zen s'est installé fin 2013 à la gare du Flon (côté M1). C'est une petite échoppe pù vous trouverez 3 frigos-vitrines (boissons, sushis, autres spécialités) et un comptoir avec présentoir chaud d'un côté et une longue table bar pour manger sur place de l'autre.

mardi 28 janvier 2014

Lausanne avec Mapbox

Je suis Lausannoise d'adoption, depuis plus de 12 ans maintenant, et je continue à aimer profondément cette ville unique par sa géographie pentue, par sa position centrale au niveau de la région linguistique, de l'Europe, du monde.

Sans cesse en train de tester de nouveaux outils, je vous présente ma carte de Lausanne que j'ai réalisée grâce à Mapbox, un outil qui permet de créer des cartes avec de très nombreuses possibilités de personnalisations esthétiques (ce qui me manque dans la plupart des autres outils).

 

J'y ai, pour l'instant, placé 75 points d'intérêts, bonnes adresses de restaurants, cafés et bars, suggestions de promenades, conseils shoppings, etc. C'est un work in progress, mais l'outil est tellement sympa que j'avais envie de le partager avec vous.

Après ce premier test local, je vais tenter de transformer mes billets de voyage en cartes interactives.

vendredi 24 janvier 2014

Pinterest mode d'emploi et FAQ



Il m'arrive très régulièrement de répondre à des questions pratiques sur Pinterest. Début 2012, j'avais pondu une introduction à ce medium qui se voulait générale et pratique. Depuis, Pinterest a bien grandi, a développé de très nombreuses nouvelles features et les possibilités d'utilisations se sont multipliées. Voici donc un mode d'emploi, que j'espère complet, sur ce site dont je ne peux plus me passer. Si je ne devais garder que deux media sociaux ce serait twitter, pour les gens, et Pinterest... pour tout le reste.



EDIT : de très nombreuses questions m'ont été posées en commentaire (merci à tous !), vous trouvez des edit en bas d'article pour ce qui manquait.

Depuis mai 2015, cet article n'est plus mis à jour.

Beaucoup trop de questions me sont posées tous les jours, je ne suis pas une employée de Pinterest et je n'ai vraiment plus le temps d'y répondre, merci de vous adresser au Centre d'aide de Pinterest. Je ne répondrai pas non plus à vos mails à ce sujet, merci de votre compréhension !






A quoi sert Pinterest ?


A rien. Comme twitter, facebook, Instagram ou Google +.
A quoi peut ME servir Pinterest serait la bonne question.

Pinterest peut être utilisé de nombreuses manières. Ses atouts principaux sont :
  • l'immédiateté de lecture grâce à l'image
  • la facilité de partage des images
  • le classement par thématiques et la capacité de faire des listes (boards)
  • la facilité de trouver des obsédés passionnés des mêmes thématiques que vous (même les plus tordues pointues) et d'y découvrir des communautés consitutées autour d'une passion commune
  • un accroissement exponentiel de ses usagers
C'est idéal pour les accros aux listes, qui peuvent les multiplier sans restriction et les retrouver très aisément.

C'est idéal pour les recherches d'inspiration (et pas seulement pour le DIY, la mode ou les recettes de cuisine, la réputation de medium féminin vient de là, je sais qu'elle en a refroidi plus d'un, c'est dommage).

C'est idéal pour garder des liens utiles sous la main (sans devoir multiplier les onglets/favoris dans votre navigateur), et les classer par thématiques, sans qu'il ne disparaissent de votre mémoire enterrés par de nouveaux liens.

Et c'est parfait pour : faire des whishlist et to do list, compiler des infos et des conseils sur une destination avant un voyage (ou en donner après votre voyage d'ailleurs), faire des listes de films, livres, séries, etc avec micro-critiques, trouver des images d'illustration, découvrir le travail d'un artiste, compiler des infographies, des life hacks, des recettes, des astuces décos. Et bien plus encore.



Pinterest est-il un réseau social ?

Cela dépend de votre utilisation. Pinterest est d'abord un outil solitaire, pour vos centres d'intérêts, vos listes. Pinterest devient social à partir du moment où vous êtes abonnés à des profils/boards, mais la plupart des opérations que vous allez y effectuer sont sans vrai "contact". Même lors d'un re-pinnage, il n'y a pas de vrai lien créé entre deux utilisateur (pensez à un RT automatique sur twitter par exemple). Le contact intervient de deux manières : soit par commentaire sous un pin, soit par l'envoi d'un pin à un autre utilisateur. (J'y reviens ci-dessous).

Mais le manque de contact n'empêche en aucun cas Pinterest d'être un réseau et c'est sa grande force. Ce qui est unique avec Pinterest, c'est que vous suivez des thématiques (boards) plutôt que des personnes. Comparé à d'autres réseaux, il y a donc une significative réduction du "bruit" de ce que vous suivez.
Exemple : vous avez tous une personne sur twitter/facebook/google +/etc... qui est très drôle, qui partage de très bons liens, mais que vous donne l'impression de flooder car elle parle de tellement de choses différentes. Sur Pinterest, il suffit de se désabonner des thématiques qui ne vous intéressent pas, et il ne vous reste plus que la crème du pin (non, ce n'est pas sale).


lundi 20 janvier 2014

Yves Saint Laurent par Jalil Lespert


La sortie de "Yves Saint Laurent" de Jalil Lespert précède de quelques mois celle de "Saint Laurent" de Bertrand Bonello. Depuis 2 ans, c'est la guerre entre les deux biopics sur le créateur, l'un "autorisé" (et carrément adoubé) par Pierre Bergé, l'autre, qui sortira à l'automne, indépendant de la machine YSL. Mais tentons de voir YSL pour lui-même. Le film raconte les 20 ans les plus iconiques de YSL, de sa position chez Dior, à la création de sa propre maison de couture jusqu'à sa collection "les Ballets Russes" de 1976.


Et oui, on voit bien les robes, les chapeaux, les plissés, les dessins, grâce à l'adoubement de Pierre Bergé, ce sont les robes originales, et l'attention mise sur leur mise en images et en scène nous le rappelle lourdement. Mais la maison YSL n'a jamais eu besoin du cinéma pour faire sa promotion, on les connait ces robes Mondrian, on l'a vu et revu ce drapé de ceinture Dior, on l'a dans les yeux cette collection Ballets russes. Moi je venais voir un film sur un homme, pas un story telling institutionnel.

samedi 18 janvier 2014

The Spoils of Babylon

Bob Dylan rencontre le Parrain ? Non, The Spoils of Babylon
Tu prends Tobey Maguire, Tim Robbins, Val Kilmer, Will Ferrel, Jessica Alba, Carey Mulligan (non-exhaustif). Tu fais écrire les dialogues et produire par des anciens du Saturday Night Live (dont Will Ferrel). Tu secoues fort avec des zestes de TOUTES les grandes narrations filmées de l'histoire du cinéma US, tu épices avec des faux raccords par centaines et un budget correct pour les costumes/maquillages/coiffures, mais pas d'argent du tout dans les décors. Tu laisse mûrir jusqu'au début de l'année 2014 et tu obtiens :

dimanche 5 janvier 2014

Une galette, 600 photos et une invitation

Mosaïque de mes semaines de 9 photos de l'année 2013

Il n'est probablement pas passé inaperçu que j'ai fait quelques jours de voyage durant le mois de décembre... j'ai un tout petit peu floodé Instagram, ahem, et publié quelques billets thématiques sur Bruxelles cette semaine. Dès demain que je n'ai plus de fièvre, on reprend avec Amsterdam, en espérant ne pas vous lasser ! Mais j'ai plus de 600 photos à trier/retoucher (sachant que j'ai déjà fait un tri préliminaire), ça prend un peu de temps ces bêtises. Je ne me plains pas, j'adore ça.

Afin que le temps passé à rédiger ces articles ne soit pas perdu dans les tréfonds des zinternets mondiaux, j'ai créé une page où tous mes billets de voyage sont classés, il y a Istanbul, New York, Bruxelles, Paris et donc, bientôt, Amsterdam.

Je n'arrive pas à rédiger quand je suis en voyage, j'ai besoin d'un peu de recul, de pouvoir trier mes photos avant de réussir à construire un billet. Par contre, je m'amuse volontiers à créer des albums photo, cette fois-ci Bruxelles et Amsterdam, que j'ai alimenté quotidiennement sur ma page facebook (quoi, tu ne l'as pas encore likée ? Tu me fais de la peine tu sais ?).

samedi 4 janvier 2014

Bruxelles : où loger où manger où boire ?


Durant mes premiers séjours à Bruxelles, je dormais dans le lit de l'habitant, la question de "dans quel quartier réserver un hôtel" ne s'est posé que plus tard. Et j'ai trouvé le quartier parfait où loger à Bruxelles : la Place Sainte Catherine. Il y a plusieurs lignes de métro à proximité immédiate, de nombreuses lignes de bus aussi, pleiiiiiiiiiins de bars et restaurants de toutes sortes et c'est à distance piétonne de la plupart des lieux à voir du centre ville. ET il y a deux hôtels qui font très souvent des promos web très intéressantes (le Novotel et l'Ibis, préférez le 1er pour son confort, mais le 2e suffit largement s'il s'agit uniquement d'y dormir et de se doucher...). (Le quartier s'appellerait plutôt Bourse, mais Ste Catherine c'est plus mignon.)


Alors, que faire dans le coin ? D'abord, si vous venez en hiver, laissez-vous tenter par un tour en grande roue (€4) sur la place transformée en abominable marché de noël (où on peut boire du vin chaud -chez l'Argentin et nulle part ailleurs me dit-on- et manger fondue et raclette au chalet suisse, ahem), en haut de celle-ci vous verrez du Palais de Justice à l'Atomium, c'est très impressionnant. (En parlant de l'Atomium, je vous recommande absolument la visite, j'ai adoré, le voir de près, monter dedans et comprendre son architecture et un peu mieux l'architecture de Bruxelles, mais pitié, n'allez pas au café dans la boule du sommet, ce n'est PAS une bonne idée, non.)

vendredi 3 janvier 2014

Le Selecto


Mon mari et moi avons nos anniversaires à trois jours d'intervalle. Depuis l'année de notre rencontre, nous avons décidé de fêter nos anniversaires mutuels en s'offrant une belle table. L'année dernière c'était au restaurant Quatre Saisons de l'Hôtel Cailler, cette année c'était à Bruxelles, au Selecto. Le Selecto s'auto-définit comme un lieu de "bistronomie", l'envie de réconcilier gastronomie et bistrot, mot très à la mode en ce moment, à prendre avec des pincettes, mais au Selecto c'est sincère, on veut vous proposer ce qu'il y a de meilleur, à prix acceptable. A bistronomie, le Selecto ajoute le mot "comptoir", et c'est cette partie-là qui nous a attiré ici, car l'ancien charmant et débonnaire patron d'A Bout de Soufre officie en qualité de sommelier. Le but : de l'excellence dans le verre avec des prix raisonnables. (Exemple d'une sélection de novembre.)

Quand je parle de prix raisonnables : le midi, le plat est à 14€, plat + entrée à 18€. Pour le soir, deux formules, la duo (entrée + plat ou plat + dessert) pour 34€ ou le trio (entrée + plat + dessert) pour €40. Et le jeudi c'est souvent "carte blanche", pour 69€ on vous sert deux entrées, un plat et un dessert, chacun accompagné d'un verre de vin parfaitement calibré pour vous enchanter les papilles.


Ce jour-là on a profité d'une carte blanche à notre sauce, c'est-à-dire une formule trio et se laisser faire par Jérôme pour la partie liquide, ce qui a commencé par des bulles. Je n'ai pas gardé les références de ce que j'ai bu, je n'ai pas cherché à en savoir beaucoup plus, j'ai juste observé mes papilles s'affoler et prendre du bon temps. En nous faisant chatouiller par ces bulles, on a lu la carte, qui change constamment en suivant les saisons et les envies du chef. (Attention, certaines proposition comportent un supplément de prix à cause des produits travaillés, mais tout est très bien expliqué).

Foie gras du Sud-Ouest rôti servi froid, chutney d'oignons des Cévennes aux raisons et abricots, noisettes grillées
Shalf a choisi du foie gras. Il vient du Sud-Ouest, il est particulièrement pénible sur le foie gras (je ne l'ai pas épousé pour rien) et il était juste aux anges. J'ai goûté à cet équilibre parfait avec ravissement. Rien à redire.


Mais ce jour-là, j'ai fait le meilleur choix à la carte avec l'oeuf de ferme poché, écrasée de pomme de terre aux jeunes oignons, crevettes grises décortiquées à la main et mousseline au beurre noisette. Comme vous le voyez, la cuisson de l'oeuf est parfaite et le mélange des saveurs absolument divin. Tout en mangeant, je me demandais comment reproduire ce plat et je vais m'y lancer dès que j'aurai trouvé des crevettes grises en Suisse (snif). C'est le plat que j'ai préféré de l'année 2013, je vais m'en souvenir longtemps. En accompagnement, Jérôme m'a laissée aux bulles pendant que Shalf passait sur un blanc sec dont l'acidité rehaussait agréablement le sucre de l'abricot.


Après une pause nécessaire aux papilles, nous sommes passés sur un rouge "canaille" (Jérôme ne peut s'empêcher), Matin Calme de Mano a Mano (un vin nature, évidemment) qui accompagnait à merveille nos plats parfaitement réalisés, mais qui m'ont laissés moins de souvenirs que les entrées. 

Poitrine de canard du Sud-Ouest, oranges à vif, beignets de pomme de terre et jus aux zestes d'agrumes.
Poule faisanne, chicons braisés, purée façon grand mère et jus de volaille. (intitulé de mémoire)

Encore une petite pause avant le fromage et le dessert. J'ai pris le fromage, Shalf le dessert. Avec le fromage, Jérôme nous a servi un cidre sec et cet accord est juste parfait. La pomme et les bulles subliment la sélection de fromages à merveille. Je ne sais pas pourquoi les gens s'obstinent à servir du rouge avec le fromage, j'ai toujours préféré le blanc, mais je n'avais jamais testé le cidre. Dorénavant, ce sera fromage-cidre, partout, tous les jours, encore.


Avec la crème brûlée à la pomme (ce n'est pas mon truc la crème brûlée, parce qu'on la sert partout et souvent pas du tout aux températures qu'il faudrait, là elle est juste parfaite, gourmande, avec un excellent goût d'oeuf et des pommes caramélisées), vous pensez qu'on allait rester au cidre ? Que nenni ! Jérôme nous a servi du Givre, un vin de glace de pomme. On pourrait croire à une liqueur au goût mais c'est beaucoup plus rond et complexe... et surtout ça reste à 7% de volume d'alcool. "Ce soir je vous sers des merveilles, mais on fait dans le léger niveau alcool !" nous a dit fièrement Jérôme.


Et puis parce qu'on est si bien au Selecto, on est passé au comptoir, le temps que les autres tables terminent, pour papoter encore un peu avec Jérôme et là, hop, une petite Cantillon. Parce que LA GUEUZE CANTILLON, C'EST BON ! #privatejoke


Ce lieu est vraiment très agréable, on y mange et on y boit extrêmement bien, on est bien assis, la lumière et le son sont réfléchis, la déco est élégante et chaleureuse, le service est très professionnel mais sans être snob, au contraire, et si j'habitais à Bruxelles, j'irais y luncher ou juste un prendre un verre plus que de raison. Si vous y habitez ou si vous êtes de passage, ne ratez pas le Selecto ! (Rue de Flandre 95-97)

jeudi 2 janvier 2014

La Grand Place, le Manneken Pis et le Musée de la Ville de Bruxelles


La Grand Place de la Ville de Bruxelles est classée au patrimoine mondial de l'Unesco et elle le vaut bien. Monsieur Tout-le-Monde a eu la brillante idée de nous proposer d'aller voir les lumières de la place et j'ai été esbaudie de tant de splendeur. Imaginez cette place, remplie de monde, son sapin qui clignote, ses façades majestueuses éclairées et soudain, une musique élégante retentit et c'est parti pour un light show de plus de 20 minutes. Vous ne me croirez peut-être pas si je vous dis que j'ai drastiquement sélectionné les photos ci-dessous, j'en avais environ 8 fois plus... 


Monsieur-tout-le-Monde a fait encore plus de photos que moi.

mercredi 1 janvier 2014

The Art of the Brick


The Art of Brick est en ce moment et jusqu'au 21 avril, à la Bourse à Bruxelles. The Brick pour la brique de Lego avec lesquelles Nathan Sawaya crée des sculptures. Il vous en coûtera €15 pour visiter son show. Attention, allez-y un jour de semaine, le matin, et achetez vos billets à l'avance, sinon la file d'attente ET le monde à l'intérieur risquent de vous rendre sociopathe. Un dernier conseil pratique : malgré ce que certains pourraient croire, ce N'EST PAS une exposition pour les enfants, sauf ceux qui auraient de bonnes bases en histoire de l'art.


La Venus de Milo et surtout la magnifique architecture interne de la Bourse de Bruxelles.

Une grande partie des pièces sont en effet des reproductions en Lego d'oeuvres d'art très connues. Aux exemples ci-dessus, ajoutez le Baiser de Klimt, un portrait de Vermeer, un coucher de soleil de Renoir, une Marilyn de Wahrol, le cri de Munch, le David de Michelange, la Joconde, etc. C'est très intéressant au début, de se rendre compte de ce qu'il est possible de faire, de voir les adaptations nécessaires, d'apprécier les rendus en "2D" (cadres plats) ou 3D (le personnage du Cri de Munch est en 3D devant son paysage en 2D par exemple). Mais j'avoue qu'au vu du manque d'originalité des choix de l'artiste, j'ai vite eu l'impression qu'on se foutait de ma gueule.